Traitement de l’apnée du sommeil

Traitement de l’apnée du sommeil

Diagnostic de l’apnée du sommeil

Les symptômes mentionnés auparavant dont le ronflement, somnolence excessive diurne et des apnées notées ne sont pas uniquement spécifiques au diagnostic de l’apnée obstructive de sommeil. Pour cette raison, les patients potentiels doivent faire une étude de sommeil – une polysomnographie. Étant une étude du sommeil multiparamétrique, la polysomnographie est faite danse un laboratoire de sommeil. A l’aide de cet examen, on peut observer l’activité cérébrale, les rythmes cardiaques, l’activité musculaire, et les fonctions respiratoires. L’examen enregistre l’occurrence des apnées et des hypopnées. L’ASO est diagnostiquée avec un minimum de cinq épisodes par heure de sommeil. La sévérité de l’apnée du sommeil est déterminée à l’aide de l’index de l’apnée-hypopnée.

Habituellement, le diagnostic est fait par un pneumologue. Une ordonnance pour passer l’examen peut être obtenue d’un médecin familial. Le diagnostic et traitement de l’apnée du sommeil nécessite une approche multidisciplinaire. Alors, votre dentiste sera utile pour déterminer le diagnostic, puisque c’est l’un des spécialistes de santé qu’un individu visite fréquemment. Certains symptômes examinés par le dentiste seraient découverts par des questions à propos de la respiration, l’envie de dormir, les maux de têtes matinales, en relation avec les autres facteurs précédemment mentionné.

Comment traiter l’apnée du sommeil ?

Il existe de multiples approches au traitement de l’apnée de sommeil obstructive. Par contre, dans tous les cas, le traitement nécessite une collaboration étroite entre les différents professionnels de la santé.

Avec une apnée de sommeil légère, le traitement aurait tendance à être conservateur. Il implique souvent des changements au niveau du style de vie, la modération avec l’alcool, perte du poids1  et cessation de fumée.

Dans des cas d’apnée plus sévère, le traitement de choix se retrouve à être une machine CPAP (pression d’air positive continue). C’est un appareil qui maintient une pression d’air positive afin de contrer la pression transmurale négative qui promeut le collapsus des voies respiratoires supérieures qui causerait un épisode d’apnée. Le CPAP reste le traitement le plus efficace des apnées symptomatiques.

 Traitement pour l’apnée obstructive mineure

Il existe une autre forme de traitement pour des apnées obstructives mineures – celui des appareils de repositionnement mandibulaire. Ces appareils fonctionnent par avançant  la mandibule du patient ce qui fait protruder la langue et augmente la dimension des voie respiratoires supérieures. C’est une option valide pour des patients qui ne supportent pas l’appareil de CPAP. Par contre, son efficacité doit toujours être confirmée avec une étude de sommeil.

Comment obtenir un diagnostic de l’apnée du sommeil?

Pour ce faire admettre dans un laboratoire de sommeil, on doit avoir une prescription rédigée soit par un médecin de famille, un ORL ou un pneumologue. Certains dentistes peuvent aussi rédiger une telle prescription.

Par la suite, on peut communiquer avec un laboratoire do sommeil afin de céduler un test. La pluspart des laboratoires sont affiliés avec des hôpitaux et leurs services sont couverts par la Régie d’assurance maladie du Québec. Par contre, le temps d’attente du rendez-vous peut devenir assez long. On peut aussi contacter des cliniques privées mais leurs services sont aux frais du patient.

Voici une liste des laboratoires privés :

 

Centre du Sommeil de Montréal – Montreal Sleep Center

16.5 km · 4427 Rue Sherbrooke O

(514) 507-5337

 

Sleep Apnea Solutions

16.2 km · 4141 Rue Sherbrooke O

(514) 934-0727

 

Clinique Sommeil Sante

22.4 km · 8570 Boulevard Newman

(514) 365-7567

 

Pour visionner une vidéo à propos de l’apnée du sommeil

 

Sources de cette page:

  1. Veasey SC, Guilleminault C, Strohl KP, Sanders MH, Ballard RD, Magalang UJ. Medical therapy for obstructive sleep apnea: A review by the Medical Therapy for Obstructive Sleep Apnea Task Force of the Standards of Practice Committee of the American Academy of Sleep Medicine. Sleep 2006; 29:1036-1044.