Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

Il existe un nombre de problèmes de sommeil qui peuvent impacter non seulement nos patrons de sommeil, mais notre santé également. Un groupe particulier de ses maladies est classifié dans une catégorie que l’on nomme les troubles respiratoires. Selon la Classification Internationale des Troubles de Sommeil (ICSD-2)1, ces troubles sont organisées dans cinq groupes :

  1. L’apnée obstructive du sommeil
  2. L’apnée centrale du sommeil
  3. Hypoventilation liés au sommeil
  4. Hypoventilation liés au sommeil résultant d’une condition médicale
  5. Autres troubles respiratoires liés au sommeil

Le plus commun des groupes sont l’apnée obstructive du sommeil, aussi connu comme l’AOS, et l’apnée centrale du sommeil (ACS). L’AOS est définit par des pauses en respiration pendant le sommeil. Ces pauses ce manifeste par l’effondrement complet, ou partiel des voies aériennes supérieurs. L’image ci-contre illustre ce principe.

Des troubles souvent non diagnostiqués

Si l’effondrement est complet, on a de l’apnée obstructive. D’un autre côté, si l’effondrement ou l’obstruction est partielle, l’hypopnée obstructive se présente. Par contre, l’ACS est caractérisée par l’absence de l’effort respiratoire, causant la réduction ou cessation de respiration.

Plus souvent qu’autrement, ces désordres ne sont pas diagnostiqués. Plusieurs patients sont inconscients de leur condition d’apnée ; les médecins ne peuvent pas faire un diagnostic car le problème se manifeste en période de sommeil uniquement. Aucune prise de sang, ni examen physique peuvent détectera ce désordre. Donc, c’est au patient de s’informer et de rapporter les signes cardinaux.

L’importance du traitement de l’apnée de sommeil

L’apnée est le début d’un cercle vicieux. Des interruptions dans notre cycle de sommeil causent une privation de sommeil. En son tour, ce manque de sommeil impacte la santé physique et le bien-être mental d’un individu. Les effets varient d’une diminution en comportement social, jusqu’à la peine physique. De plus, les effets deviennent de plus en plus cumulatifs avec le temps.

En outre, d’autres études démontrent des corrélations entre la privation du sommeil et d’autre problèmes médicales comme des maladies cardiovasculaires, la diabète, l’obésité, la dépression et le cancer2-5.

Malheureusement, plusieurs personnes ne sont pas conscientes de leur condition, résultant dans la normalisation et a formation d’une habitue à ce manque de sommeil.

Les symptômes de l’apnée du sommeil

Selon l’Association pulmonaire du Québec, les symptômes les plus communs de l’apnée sont :

  • La somnolence diurne excessive
  • La vigilance avec facultés affaiblies
  • Réveils nocturnes
  • Ronflement
  • Apnées (habituellement notées par le partenaire de la personne)

Les symptômes énumérés sont non seulement cliniques, ils peuvent aussi avoir des effets néfastes sur nos capacités cognitives. L’apnée du sommeil affecte le mémoire à court et à long terme. Contribuant à la durée d’attention d’une personne. En tour, ces effets augmentent les risques de l’occurrence d’accidents liés à la vie quotidienne. Selon une recherche de l’apnée relier aux taches de vie quotidiennes, une personne qui souffre de l’apnée du sommeil sont deux à dix fois plus susceptibles d’avoir un accident dans leur véhicule6. La privation de sommeil affecte l’humeur d’un individu. Les sautes d’humeur, de l’irritabilité et des baisses de vigilance font partie des effets. Malheureusement, si laissé sans surveillance, ces effets deviennent de plus en plus difficile à traiter, ce qui pourrait conduire à la dépression.

Quels sont les facteurs de risque de l’apnée du sommeil ?

  • L’obésité
  • Le sexe male
  • La ménopause
  • L’obstruction nasale
  • Grosses amygdales
  • Grande base de langue
  • Voies aériennes supérieures étroites

Les traitements sont orientés vers la possibilité de modification de tous ou quelque uns de ces facteurs.

 

Sources de cette page:

  1. American Academy of Sleep Medicine. International Classification of Sleep Disorders, ed 2. Westchester, IL: American Academy of Sleep Medicine, 2005: 297.
  2. Haack M, Mullington JM. Sistained sleep restriction reduces emotional and physical well-being. Pain 2005;1 19:56-64
  3. Hublin C, Partinen M, Koskenvuo M, Kaprio J. Sleep and mortality: A population-based 22-year follow-up study. Sleep 2007;30:1 245-1253.
  4. Meisinger C, Heier M, Lowel H, Schneider A, Doring A. Sleep duration and sleep complaints and risk of myocardial infarction in middle-aged men and women from the general population: The MONICA/KORA Augsburg cohort study. Sleep 2007;30:1 121-1127.
  5. Stang A, Dragano N, Poole C, et al. Daily siesta, cardiovascular risk factors and measures of subclinical atherosclerosis: Results of the Heinz Nixdorf Recall Study. Sleep 2007;30: 1111-1119.
  6. « Apnée Du Sommeil. » Apnée Du Sommeil. Association Pulmonaire Du Québec, 2016. Web. 19 Jan. 2016.