Contre-indications à l’implantologie

Contre-indications à l’implantologie

Certaines conditions du patient constituent des contre-indications à une intervention chirurgicale d’implantologie, car les complications pouvant survenir peuvent être graves, voire même mortelles. Les contre-indications peuvent être classées en trois catégories :

  • contre-indications absolues : les implants dentaires ne peuvent pas être envisagés;
  • contre-indications relatives : les implants dentaires peuvent être envisagés seulement après qu’un problème spécifique ait été solutionné;
  • contre-indications locales : les implants dentaires peuvent être envisagés en prenant des précautions supplémentaires face à des problèmes au niveau de la bouche ou des mâchoires.

Les blocs suivants présentent une liste non-exhaustive des contre-indications absolues, relatives et locales les plus fréquentes. On y retrouve de l’information à propos des risques de poser des implants dentaires dans ces conditions, ainsi que les solutions possibles. Il est à noter que seul un spécialiste peut évaluer avec exactitude l’admissibilité d’un patient à l’implantologie, selon les informations recueillies lors de la consultation initiale avec le patient et les contre-indications connues.

Allergies majeures

(plus précisément aux anesthésiants utilisés durant la chirurgie)

 

Risques :

  • Enflure post-opératoire plus importante;
  • Choc anaphylactique;
  • Décès.

Solutions :

  • Trouver un anesthésiant toléré par le patient;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Bas âge du patient

 

Risques:

  • Espace insuffisant pour insérer l’implant dans l’os alvéolaire;
  • Espace insuffisant dans la bouche pour la couronne artificielle de l’implant;
  • Reprise de la procédure lorsque la croissance se termine.

Solutions:

  • Attendre la fin de la croissance des mâchoires, ce qui peut être à 17 ou 18 ans;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Note : un âge avancé ne pose pas de problème sauf en présence d’autres contre-indications.

Patients ayant une affection nécessitant une transplantation d’organe

 

Risques:

  • Infection post-opératoire à cause du traitement au long cours avec des médicaments antirejet qui suppriment ou ralentissent le système immunitaire;
  • Échec de l’ostéointégration.

Solutions:

  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Maladies immuno-dépressives comme le SIDA ou patient dont le système immunitaire est affaibli ou supprimé

 

Risques:

  • Échec de l’ostéointégration;
  • Infection post-opératoire.

Solutions:

  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Ostéoporose et autres maladies affectant les os

 

Risques:

  • Échec de l’ostéointégration;
  • Perte prématurée de l’implant;
  • Fracture de la mâchoire.

Solutions:

  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Cancers en évolution

Note : il est ici question des cancers qui ne sont pas en rémission. Les cancers qui ont été traités par des biphosphonates ou ayant nécessité des traitements de radiothérapie dans la région des mâchoires présentent aussi une contre-indication.

 

Risques:

  • Échec de l’ostéointégration;
  • Infection post-opératoire;
  • Ostéoradionécrose;
  • Cicatrisation plus lente ou altérée.

Solutions:

  • Cancers avec radiothérapie : utiliser une asepsie rigoureuse durant la procédure, sous anesthésie générale, et travailler de concert avec l’équipe de radiothérapie;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Maladies cardiovasculaires (ex.: infarctus récent, valvulopathie, insuffisante cardiaque sévère)

 

Risques:

  • Décès.

Solutions:

  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Tabagisme, toxicomanie et alcoolisme

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long;
  • Processus de guérison plus complexe;
  • Diminution de l’efficacité du système immunitaire nécessaire pour combattre les maladies gingivales et osseuses;
  • Échec de l’ostéointégration.

Solutions:

  • Arrêter de fumer, de boire de l’alcool ou de consommer avant l’intervention, au moins une semaine après l’intervention et idéalement tout au long de la convalescence et même au-delà.

Grossesse

 

Risques:

  • Ce qui peut entraîner des risques pour le fœtus :
    • utilisation de l’anesthésie locale ou générale;
    • prendre des radiographies.

Solutions:

  • Attendre après l’accouchement pour faire la chirurgie implantaire.

Diabète mal contrôlé ou non contrôlé

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Apparition de maladies parodontales ou dentaires;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long.

Solutions:

  • Contrôler le diabète;
  • Utiliser une asepsie rigoureuse durant la chirurgie;
  • Prendre des antibiotiques avant la procédure pour minimiser les risques d’infection.

Maladie nécessitant la prise d’anticoagulants pour éclaircir le sang

 

Risques:

  • Saignements plus abondants et incontrôlables (durant et après la chirurgie).

Solutions:

  • Consulter le médecin qui a prescrit les anticoagulants pour savoir s’ils peuvent être arrêtés ou modifiés avant et pendant la chirurgie;
  • Prendre des précautions supplémentaires durant la procédure pour éviter les hémorragies.

Maladies auto-immunes (ex.: lupus, polyarthrite rhumatoïde, etc.)

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long.

Solutions:

  • Prendre des antibiotiques avant la procédure pour minimiser les risques d’infection;
  • Utiliser une asepsie rigoureuse durant la procédure.

Certains problèmes psychiatriques ou psychologiques non traités

 

Risques:

  • Danger pour la sécurité du chirurgien ou du patient pendant la procédure;
  • Insatisfaction du patient face au résultat final à cause d’attentes irréalistes.

Solutions:

  • Évaluer le problème psychiatrique ou psychologique afin de déterminer s’il peut être contrôlé par de la médication (de concert avec le médecin traitant du patient);
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Autres maladies (ex.: sinusite sévère, séropositivité)

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long.

Solutions:

  • Attendre que la maladie guérisse, comme dans le cas de la sinusite;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Manque de motivation du patient pour le plan de traitement et suivi post-opératoire déficient

 

Risques:

  • Échec de l’ostéointégration;
  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long.

Solutions:

  • Conscientiser le patient au sujet de la discipline rigoureuse nécessaire au succès de la pose d’implants dentaires;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Densité ou volume insuffisant de l’os alvéolaire

 

Risques:

  • Fracture de la mâchoire;
  • Perforation des sinus maxillaires;
  • Échec de l’ostéointégration.

Solutions:

  • Faire une greffe osseuse ou une élévation sinusale avant la procédure. Le temps de guérison varie de quelques semaines à quelques mois;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Qualité et/ou quantité insuffisante de gencive (ex.: déchaussement ou autres maladies parodontales ou gingivales)

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Échec de l’ostéointégration;
  • Perte prématurée de l’implant.

Solutions:

  • Faire une greffe de gencive; le temps de guérison varie de quelques jours à plusieurs semaines;
  • Traiter la maladie parodontale ou gingivale pour la stabiliser ou l’éradiquer;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Bruxisme (serrement ou grincement des dents)

 

Risques:

  • Usure prématurée de la couronne artificielle sur l’implant ou de l’implant lui-même;
  • Échec de l’ostéointégration.

Solutions:

  • Porter un appareil pour empêcher d’endommager les dents et les implants durant la nuit;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels.

Position non favorable du nerf alvéolaire inférieur et d’autres structures anatomiques de la mandibule

 

Risques:

  • Perte de sensation (paresthésie ou engourdissement) dans diverses parties du visage, comme la lèvre inférieure et le menton, si le nerf alvéolaire inférieur est atteint durant la procédure.

Solutions:

  • Prendre des précautions supplémentaires avant d’installer un implant à la mandibule avec la prise de radiographies 3D et autres outils de mesure;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels à la mandibule.

Anatomie défavorable des sinus maxillaires

 

Risques:

  • Perforation des sinus maxillaires lorsque l’implant est mis en place.

Solutions:

  • Bien évaluer la position des sinus maxillaires et prendre les précautions nécessaires pour la pose d’implants dentaires au maxillaire;
  • Effectuer une élévation sinusale;
  • Trouver une alternative aux implants dentaires conventionnels au maxillaire.

Mauvaise hygiène buccodentaire ou infection aux dents adjacentes au site de l’implant

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long;
  • Processus de guérison plus complexe;
  • Échec de l’ostéointégration.

Solutions:

  • Traiter les dents affectées avant l’intervention;
  • Traiter les infections dentaires présentes;
  • Améliorer les habitudes d’hygiène buccodentaire avant l’intervention.

Lésions dans la bouche (dermatose buccales)

 

Risques:

  • Infection post-opératoire;
  • Temps de guérison et de cicatrisation beaucoup plus long;
  • Processus de guérison plus complexe.

Solutions:

  • Traiter la lésion avant la procédure;
  • Utiliser une asepsie rigoureuse durant la procédure.

Malocclusion dentaire

 

Risques:

  • Espace insuffisant pour insérer l’implant dans l’os alvéolaire;
  • Espace insuffisant dans la bouche pour la couronne artificielle de l’implant en raison des dents qui ont basculé dans l’espace édenté ou d’une éruption excessive de dents antagonistes à l’espace édenté;
  • Usure prématurée de la couronne artificielle sur l’implant ou de l’implant lui-même;
  • Endommagement des racines des dents saines adjacentes à l’implant.

Solutions:

  • Faire un traitement d’orthodontie avant la pose de l’implant.

Le traitement d’orthodontie représente-t-il une contre-indication aux implants?

Un traitement d’orthodontie n’est pas une contre-indication aux implants dentaires. Cependant, si un patient considère l’installation d’implants dentaires en présence de malocclusions dentaires, il est important de consulter un orthodontiste au préalable. L’orthodontiste pourra déterminer le meilleur moment pour faire le traitement d’implantologie afin de ne pas nuire au traitement d’orthodontie, car un implant dentaire ne peut pas être déplacé par quelconque mouvement orthodontique.

De plus, un traitement orthodontique peut, dans certains cas, prévenir la nécessité de faire poser des implants dentaires. Le patient ressortira donc gagnant de consulter un orthodontiste en premier lieu!

Poser une question ou laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).